HelpsVolunteers soulage les aidants et encourage le bénévolat

L’appli HelpsVolunteers permet de trouver un bénévole à proximité pour prendre en charge des tâches simples auprès de personnes âgées, malades ou dépendantes. Une manière de soulager les aidants pour quelques heures, dont la charge mentale explose et crée un mal-être au travail.

Tout est parti de leur expérience personnelle. Christophe Seguis était directeur général de la filière d’un groupe international dans le secteur dentaire. Sa femme Karine, commerciale dans le secteur de la santé, a créé son entreprise de prothèses orthopédiques. Mais la mère de Christophe s’occupe de son mari, malade d’Alzheimer. « Elle était épuisée et je ne pouvais pas l’aider car elle habite en région parisienne et nous à Saint-Cyr au Mont-d’Or, en région lyonnaise ». Les solutions existantes, au travers de sociétés de services, sont coûteuses et peu fiables. Christophe réfléchit alors à un outil capable de soulager les aidants pour des tâches simples non médicalisées.

Christophe et Karine Seguis, fondateurs de HelpsVolunteers

Des bénévoles libres et récompensés

Durant deux ans, il développe une appli, Helps Volunteers, qui permet à un aidant de trouver un bénévole disponible à proximité pour s’occuper de certaines tâches : surveillance, repas, ménage, discussion, sorties,…  « Il ne s’agit pas de remplacer les auxiliaires de vie, souligne-t-il. Mais plutôt de faciliter le bénévolat. Grâce à l’étude que nous avons menée en amont, on sait que les salariés sont prêts à donner 4 à 8 heures par mois au bénévolat.

Or les associations ont du mal à recruter, du fait des contraintes d’engagement que cela suppose. Ici, le bénévole se rend disponible quand il le souhaite. De plus, nous mettons en place un programme de fidélisation, où les bénévoles sont récompensés de leur engagement par des avantages, grâce à notre partenariat avec Tempéos, qui propose un CE à des petites entreprises. »

La France compte environ 11 millions d’aidants. Et ils pourraient être 20 millions en 2060 du fait du vieillissement de la population. En 2050, près de 5 millions de personnes auront ainsi plus de 85 ans et le nombre de personnes dépendantes aura doublé. Dans de nombreux cas, le maintien à domicile et l’hospitalisation à domicile sont les solutions privilégiées pour des raisons de coût et de confort. Mais cela reste difficile à mettre en place, faute de solutions institutionnelles.

Du stress et de l’anxiété pour les aidants salariés

Les proches sont donc en première ligne pour accompagner les personnes concernées, au détriment de leur vie professionnelle. « Dans les entreprises, on constate de l’absentéisme croissant et un épuisement des salariés qui font face à la maladie ou à la dépendance d’un proche, relève Karine. Leur charge mentale explose. C’est encore tabou, pourtant les entreprises y gagneraient à s’en préoccuper, tant en termes d’image qu’en termes de productivité. »

 
Image de Mohamed Hassan – Pixabay
 
 

Une récente étude de la plateforme de services à domicile Youpies montre que le stress et l’anxiété sont ressentis par près de 89 % des salariés aidants et que 75 % d’entre eux ont déjà posé des jours de RTT ou des congés pour gérer les imprévus de leur situation. De plus, 35 % des aidants déclarent que la gestion de leurs problématiques privées a forcément une incidence négative sur l’évolution de leur carrière.  Il est donc temps de prendre le problème à bras le corps. « Pour nous, cela passe par l’entraide, poursuit Christophe. On ne règlera pas le problème de la vieillesse et de la dépendance chacun dans son coin car tout le monde n’a pas les moyens de payer un Ehpad ou une auxiliaire de vie. »

Pour 30€/mois sans limitation, l’aidant peut donc être soulagé grâce à Helps. Un projet social et solidaire, qui a été hébergé au sein de l’incubateur BoostInLyon. « Nous pensons nous rapprocher des associations, des écoles, mais aussi des entreprises, qui pourraient à la fois trouver le moyen de dégager du temps à leurs salariés pour permettre le bénévolat, mais aussi financer une partie de l’abonnement à ceux qui voudraient utiliser nos services ».

L’application a été lancée à Lyon fin novembre, mais devrait à terme essaimer dans toute la France.

 

Laisser un commentaire