Les bijoux Odiora normalisent les appareils auditifs

Avec ses créations et sa marque Odiora, Nathalie Birault, malentendante, souhaite changer le regard sur les appareils auditifs et en faire un accessoire de mode comme un autre.

Nathalie Birault, elle-même malentendante et équipée des deux oreilles, a eu l’idée de créer des bijoux pour les appareils auditifs. L’objectif de sa marque Odiora : en faire des accessoires de mode, au même titre que les lunettes aujourd’hui. « L’idéal serait que les entendants s’en emparent également. Cela change le rapport avec l’appareil auditif. Cela le rend plus facile à porter, moins stigmatisant. Quand des parents utilisent aussi le bijou, cela encourage l’enfant. Il y a le cas de cette petite fille, seule de sa classe à porter un appareil, et qui a rendu jalouses ses camarades avec son bijou pour appareil auditif. »

Des bijoux pour accessoiriser les appareils auditifs / Photo Greta Ventura, mannequin Sophie Vouzelaud

Nathalie a commencé doucement, en artisanal, en vendant ses créations sur les marchés. Sa rencontre avec Bruno Savage en 2019 va lui permettre de conquérir les audioprothésistes. « Nous proposons différents accroches qui s’adaptent en fonction de l’appareil. Nous utilisons des matières nobles, comme des cristaux, des pierres semi-précieuses, du cuir, de l’argent et du plaqué argent. »

Nathalie imagine elle-même les bijoux Odiora / Photo F. H

Fabriqués dans des ateliers à Lentilly et Saint-Priest pour favoriser un circuit court, les bijoux sont imaginés par Nathalie. « Je teste les prototypes sur mes propres appareils et ceux de mes clientes. Ensuite je prépare les fiches techniques puis je vais former les personnes en atelier. Tout comme Odiora, ce sont des entreprises adaptées à des personnes en situation de handicap. » Prochain objectif : s’exporter.

Un masque transparent pour redonner le sourire

Le masque Sourire et leur pochette permet notamment aux malentendants de lire sur les lèvres / Animation Alex Isenko

La crise du Covid a donné un autre but à Odiora. « Avec les masques, ne plus voir les lèvres est un vrai problème pour les malentendants. Et le manque du sourire enlève l’humanité de la relation. Nous avons donc élaboré un masque, le Masque Sourire, avec une partie transparente, sur laquelle on peut apposer un film antibuée. Nous avons amélioré le prototype grâce aux retours de nos clientes et nos couturières. Et nous nous sommes battus pour le faire homologuer en catégorie UNS (usage non sanitaire) pour ses qualités de filtration et de respirabilité en juillet. Il est également fabriqué en région lyonnaise. Il intéresse les écoles, les crèches, les hôtels, les soignants, les associations. » Dans la foulée, une pochette à masque a été développée.

Théo, un doudou avec une pochette asséchante pour ranger son appareil auditif /Photo F. H

Toujours dans le textile, Odiora a également créé un doudou, Théo, qui comprend une pochette asséchante dans son dos pour ranger l’appareil auditif en toute sécurité. « Cela encourage l’enfant à en prendre soin ». Enfin, l’équipe travaille à faire breveter une accroche universelle pour son bijou.

L’équipe Odiora : Bruno, Manon, Farah, Marion et Nathalie / Photo Odiora

Outre Bruno, Nathalie est épaulée par Manon, Farah, Marion, Alex et Alexandre. « Notre futur webdesigner ukrainien est sourd. Donc il va nous apprendre la langue des signes! » Depuis octobre, ils sont accueillis au sein du pôle d’entrepreneurs LYVE, dans le 9e arrondissement de Lyon. « On commençait à être un peu à l’étroit dans nos anciens locaux. On manquait de place pour le stockage. » L’entreprise va pouvoir continuer de se développer sereinement, poursuivant sa démarche inclusive et solidaire.

En savoir plus : Odiora

Laisser un commentaire